Âge de maturité sexuelle–puberté
 

La chienne arrive à maturité sexuelle lorsqu'elle atteint environ les 2/3 de son poids adulte c’est-à-dire vers 5 à 6 mois pour les plus petites races et vers 12 à 15 mois pour les grandes races.  Chez les races géantes, la puberté n’intervient pas avant 18 à 24 mois.

Bien que pubère, il n’est pas recommandé de faire couvrir la chienne à ses premières chaleurs. La fertilité à ce stade est encore limitée et surtout la croissance n’est pas achevée. La SCC recommande d’attendre les 3èmes chaleurs de la chienne.
 

Les étapes du cycle sexuel de la chienne 
 

Le cycle sexuel est centré sur l’apparition des chaleurs. Leur durée est d’environ trois semaines et l’intervalle entre deux chaleurs varie entre 4 et 13 mois.

   Le cycle sexuel chez la chienne d’après CHUV ONIRIS Nantes

Le cycle sexuel chez la chienne se déroule en quatre étapes distinctes :

Le pro-œstrus : 9 jours (3 – 17)

L’œstrus : 9 jours (3 – 21)

Le métœstrus : 70 jours

L’Anœstrus : 2 à 9 mois

Les deux premières étapes constituent la période dite des chaleurs.

 

Le pro-œstrus
Les modifications hormonales commencent et marquent le début de la période des chaleurs. La vulve augmente progressivement de volume, se plisse. Les pertes sont séro- hémorragiques (rouge vif). L’attirance pour les mâles est possible mais elle refuse l’accouplement.

Durant cette période, il y a une augmentation des œstrogènes et le début de l’augmentation de la progestérone.
 

L’œstrus
Les pertes vaginales deviennent plus rosées et sont moins abondantes. Le volume vulvaire est maximum avec un aspect plus lisse.

La chienne attire les mâles et accepte l’accouplement.

Durant cette période, il y a une chute rapide du taux d’œstradiol, une augmentation de la progestérone et un pic de LH ; l’ovulation intervient 30 à 48 heures après ce pic.

Attention : 

  • Seules 70 % des chiennes ovulent entre le 10e et le 14e jour.

  • Le fait qu’une chienne s’accouple ne veut pas dire qu’elle est fécondable ou qu’elle a ovulé.

  • Les chances de fécondation sont d’environ 60 % suite à un accouplement

Étant donné les variations individuelles, il n’est pas facile uniquement par l’observation, de déterminer avec précision le moment de l’ovulation. Afin d’optimiser les chances de gestation, il est donc parfois nécessaire d’effectuer un suivi de chaleur avec la mise en œuvre d’examens complémentaires : frottis vaginaux, dosage de progestérone, échographie ovarienne.
 

Le métœstrus

La vulve dégonfle, les mamelles grossissent car le tissu mammaire se développe selon qu’il y a gestation ou non. La chienne refuse l’accouplement.

Le taux de progestérone est élevé durant cette période : c’est la période de gestation ou bien de pseudo gestation « grossesse nerveuse ».

La réalisation d’un suivi de chaleur permet de prévoir la date de la mise bas qui a lieu dans la majorité des cas 62 à 64 jours après la date d’ovulation. Lors de gestation, le taux de progestérone chute brutalement environ 24 à 36 heures avant le déclenchement du part. Prédire la mise bas permet de mieux surveiller la chienne et parfois d’optimiser une éventuelle césarienne.
 

L’anœstrus

L’appareil génital de la chienne entre alors en phase de repos. Sa durée est de 2 à 9 mois. Les taux de progestérone et deux œstrogènes sont bas.

 

L’activité sexuelle cyclique chez la chienne se poursuit durant toute la vie de l’animal : il n’y a pas de « ménopause ». Toutefois, les chaleurs sont de moins en moins visibles chez les femelles qui vieillissent.

Copyright © 2020  Réunion des Amateurs de Chiens Pyrénéens,
 Tous Droits Réservés.

images_edited.png